Marc 1, 29-39

 29 Aussitôt sortis de la synagogue, ils allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.

30 Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade.

31 Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait.

32 Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons.

33 La ville entière se pressait à la porte.

34 Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était.

35 Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait.

36 Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche.

37 Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. »

38 Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. »

39 Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

 

_____________________________________________________________________________________________________________

  1. Dans l’Évangile, Jésus guérit, bien sûr, mais ce n’est pas la but ultime de sa mission.
  2. La joie ressentie en annonçant l’Évangile.
  3. Comment va-t-on l’annoncer ?

D’abord, sortir pour annoncer l’Évangile :

Jésus  guérit la belle-mère de Simon-Pierre d’abord, puis Il guérit beaucoup de gens atteints de maladies. Et en même temps, Il veut aller plus loin. Le lendemain matin, bien avant l’aube, Il part pour prier. Simon et ses compagnons le cherchent et lui disent « mais, tout le monde te cherche ! Allez, vite, viens continuer les guérisons ! » et Jésus dit non.

« Allons ailleurs, dans les villages voisins afin que là aussi je proclame l’Évangile. Car c’est pour cela que je suis sorti. »

Jésus n’a jamais dit « Je suis venu sur Terre pour faire des miracles. » mais « Je suis venu pour proclamer l’Évangile. »
pour nous conduire justement à la découverte d’un Dieu qui nous aime, pour qui nous comptons beaucoup. Il nous offre le royaume de Dieu !

Le principal but de notre vie c’est de rencontrer Dieu.

Annoncer l’Évangile devrait nous rendre joyeux :

Alors quelle est cette joie particulière que nous pouvons éprouver en annonçant l’Évangile ?  L’amour pour les gens est une force spirituelle qui permet la rencontre totale avec Dieu. Être une source qui déborde et rafraichit les autres. Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Donc voilà, cette joie C’est cette joie de communiquer une espérance, celle qui nous fait vivre.

Nous sommes invités à goûter cette joie de l’Évangile, à sortir de nous-mêmes, pour aller vers les autres pour leur communiquer l’espérance qui nous habite,

Qu’est-ce qu’annoncer l’Évangile ?

Que faut-il annoncer ? Comment parler de Jésus ? Le Pape François nous le dit avec des mots très simples :

« Ce que tu as découvert, ce qui t’aide à vivre, et te donne une espérance, c’est cela que tu dois communiquer aux autres. »

Important : l’évangélisation ne dispense pas de la prière, bien au contraire :

« Le lendemain, Jésus se leva bien avant l’aube, Il sorti et se rendit dans un endroit désert, et là Il priait. »

Et de cette prière résulte cette réponse de Jésus aux apôtres qui le cherchent :

« Allons ailleurs dans les villages voisins afin que là aussi je proclame l’Évangile. »

B.P.